PARC DE FOLLEVILLE…

Courant octobre, nous avions lancé un appel d’offres d’architectes pour avoir une base technique de notre futur projet de logements sur le parc de Folleville. Un cahier des charges est en rédaction, qui sera donné au promoteur choisi.
Il y aura environ 80 à 90 logements, sur deux phases, constitués d’appartements dans un bâtiment central, et de petites maisons rurales avec jardinets. Sur la « rotonde » aux rez-de-chaussée du bâtiment central, très vraisemblablement l’installation de notre nouveau Centre de loisirs, entre autre.
Les maisons, elles, feront l’objet de trois types d’acquisition : des locations, des ventes classiques et des primo-accessions. Ce projet doit maintenant être affiné en tenant compte d’un équilibre financier global, sur plusieurs paramètres : celui de la Commune, bien sûr, qui revendra au promoteur le terrain dévolu et qui doit rentrer les fonds de son investissement initial pour l’achat du parc  – Celui du promoteur aussi, car il n’investira que si lui aussi s’y retrouve – Celui des futurs acquéreurs ou locataires, car la qualité devra être au rendez-vous dans des tarifs raisonnables –  Et enfin celui de l’Etat (Ministère de l’agriculture) qui doit récupérer 50% du produit de cession, dans le cadre de la convention d’achat du parc qui a permis à la Commune d’acquérir Folleville ; c’était la seule façon pour nous de pouvoir le faire, et nous remercions la « Direction Générale des Finances Publiques » qui a piloté cette « articulation financière ».
Si tout se passe bien, si la modification du PLU nécessaire pour la deuxième phase se déroule sans encombre, le choix du promoteur interviendrait premier trimestre 2015 et les premiers coups de pioches l’été prochain… Dans cette configuration optimiste, les premiers aménagements pourraient alors avoir lieu à l’été/automne 2016. Au pire, un retard sur la modification du PLU (« étude d’impact » nécessaire ou pas) nous ferait perdre six mois au moins.