Lettre ouverte Aux administrés de notre Commune

Madame, Mademoiselle, Monsieur, chers (es) administrés (ées),

Les 15 et 22 mars prochain de nouvelles élections municipales se tiendront. Je viens vers vous aujourd’hui pour vous dire que je ne serai pas candidat à ma succession et ne mènerai donc pas de liste
pour ces futures élections. Je le fais dès aujourd’hui car, cette échéance approchant, beaucoup me posent déjà la question régulièrement; autant être clair tout de suite sur le sujet.

Cela me fera 25 ans d’élu (après plus de quinze ans d’activités associatives dans le village), dont les 19 dernières années de Maire. Il est temps, et il est sain je crois, de “passer la main”.

Je ne quitte pas définitivement le village et garderai une adresse dans la Commune, mais j’aspire aujourd’hui à vivre « autre chose », ailleurs une partie du temps.

Je ne souhaite plus cautionner d’une certaine manière, par une nouvelle candidature, les décisions d’Etat vis-à-vis des petites collectivités depuis quelques années. Ce n’est certes pas LA raison unique de ma décision mais elle a pesé dans la balance car force est de constater que, quels que soient les Présidents en place, leurs gouvernements et leurs tendances politiques, chacun rajoute ses propres « couches » sur celles des autres, malgré toutes les belles paroles sur leurs soi-disant attachements à la “proximité”.

Un maire a aujourd’hui plus de charges, plus de responsabilités, mais moins de moyens financiers pour les appliquer, moins de protection, moins de reconnaissance. Il est de plus en plus sollicité, mais de moins en moins décideur. On décentralise les responsabilités, mais on re-centralise les fonds.
L’annulation de la taxe d’habitation en est le dernier exemple mais nous en avons connu bien d’autres avant : notamment la Dotation Globale de Fonctionnement (DGF) bien sûr, que nous ne percevons plus aujourd’hui et qui s’inscrit absolument dans le même schéma comptable… L’Etat étant passé maître dans le discours “ça ne vous coûtera rien, on compense…” faisant ainsi des Communes des “mendiants de l’Etat” dans un premier temps, et des «réservoirs » dans un second temps, en réduisant années après années les fameuses « compensations » jusqu’à épuisement du stock! Alors “chat échaudé…”

Ce mandat de 2020 sera aussi celui de la transition définitive vers des Communautés d’Agglomérations aux compétences de plus en plus larges et nombreuses, faisant des Conseils Municipaux à court terme, année après année, des « chambres d’enregistrements » de décisions les concernant, mais prises ailleurs, dans d’autres instances.
Bref, la fonction de Maire ne correspond plus aujourd’hui à la représentation que je me faisais de la politique locale et de la décentralisation.

Concernant l’avenir il n’est donc pas rose à l’évidence et la tâche sera rude pour celles et ceux qui prendront le relai en 2020. Pour ce qui nous concerne, des dossiers particulièrement «chauds» arriveront rapidement: départ de l’AGRO et vente du site de Grignon, vente de la Cité résidentielle de Grignon, projets immobiliers divers renforcés par les lois «SRU » et « Allure », représentativité et compétences au sein de la Communauté de Commune et des syndicats intercommunaux.., entre autres.
Le tout dans un contexte financier à propos duquel vous l’avez compris je ne suis pas d’un grand optimisme.

Aujourd’hui, si petit soit notre village, il est influent: 3ème Vice-Présidence réglementaire de notre Communauté de Communes (13 Vice-Présidences sur 31 villes, dont cinq seulement « réglementaires »),
Présidences et Vice-Présidences de tous les syndicats intercommunaux qui nous touchent (dont un qui regroupe quelques 120 villes, pour 460 000 habitants !).
Nous faisons partie des instances dirigeantes, nous sommes là où se prennent les décisions, d’égal à égal avec des villes (et même des communautés d’agglomérations!) beaucoup plus grosses que nous qui ont dix élus quand nous n’en avons qu’un; mais la « fonction représentative » crée l’organe dans ces administrations.
Cette situation n’est pas éternelle, loin s’en faut, et une nouvelle mandature « réveille » toujours les velléités des «gros» de prendre ces postes décisionnaires. Il faut donc «se battre» après chaque
nouvelle élection (j’en ai vécu trois, je sais de quoi je parle !), et pour cela il faut avoir les armes utiles, la connaissance des dossiers, et bien sûr être connu et reconnu.
Un Maire inconnu dans ces administrations, nouvellement élu, n’a absolument aucune chance de figurer, donc aucune chance à l’avenir d’être bien placé pour faire entendre sa voix. Il sera lui, tout de suite, une de ces « chambres d’enregistrements » dont je parlais, et devra appliquer les délibérations votées ailleurs.

Pour prendre ma décision j’ai donc eu besoin de la certitude que n’importe qui ne pouvait pas arriver comme ça dans l’élection municipale et être élu, simplement parce qu’un « vide » s’était créé par l’absence du Maire en place.

Je souhaitais au moins que vous ayez une possibilité démocratique en mars 2020 qu’il n’en soit pas forcément ainsi.

Vous en déciderez l’opportunité car ce sera effectif. Il apparaît en effet que Nadine GOHARD, ma première adjointe et compagne de « l’aventure » depuis le premier jour, viendra vers vous prochainement pour vous parler de cet avenir et la façon dont elle compte l’aborder avec vous.
Elle aura bien sûr toute ma confiance et je ferai tout pour l’aider à trouver ses nouvelles marques dans les mois qui viennent.
Elle aura aussi besoin de vous car lu tâche sera ardue, même pour elle qui est « dans la boucle » depuis presque vingt ans. Elle le sait bien sûr, elle en accepte l’augure et c’est une bonne
nouvelle pour le village.

Je voudrais remercier toutes celles et tous ceux (nombreux habitants, bien sur, mais aussi les administrations, les entreprises avec lesquelles nous travaillons…) qui, connaissant mon hésitation depuis plusieurs mois, me demandaient de ne pas renoncer à un autre mandat; j’ai été touché par toutes ces marques d’affection.

j’en profite pour remercier aussi tous les membres des différents Conseils Municipaux qui m’ont aidé dans cette longue aventure, toujours dans l’amitié et la bonne humeur (c’est suffisamment rare ailleurs pour le dire ici), ce qui n’a pas empêché l’action et le sérieux. Ils et elles n’auront jamais à rougir du travail accompli toutes ces années et pourront chaque jour se “regarder dans une glace”.
Gérer une ville c’est prendre des décisions, faire des choix, qui ne plaisent pas forcément toujours à tout le monde c’est vrai, mais qui doivent aller dans le sens de l’intérêt général, dans un équilibre financier de moins en moins simple. C’est ainsi que nous avons tous et toutes travaillé toutes ces aimées.
Et je souhaitais enfin remercier, d’ores et déjà et « officiellement », tous (es) les salariés (es) de la Commune avec lesquels (es) j’ai eu l’honneur de partager ces moments ; et sans lesquels (es) rien n’aurait été possible.

Il nous reste encore quelques mois à passer ensemble jusqu’au soir du 22 mars. je serai bien sûr présent jusqu’au bout et, comme toujours et dans la mesure de mes moyens, à votre écoute et à votre disposition.
Durant lesquels aussi je préparerai au mieux la transition… pour Nadine qui deviendra, je l’espère pour mon village, la première femme Maire de Thiverval-Grignon. Il était temps, pour nous dont la « médaille de la parité» avait été décernée bien avant l’heure des dispositions légales :-).

Bien conscient d’avoir dressé ici un tableau assez noir, je finirai sur une note optimiste : je suis confiant car Nadine ne sera pas seule, mais accompagnée d’élus que je connais bien (une bonne partie de l’équipe actuelle), bien plus à l’aise « sur le terrain » que dans les ” salons” ; c’est ce dont nous aurons besoin…

Je vous prie de croire, Madame, Mademoiselle, Monsieur, en mon amitié sincère, et souhaite à mon village si atypique et si attrayant, une « bonne route » après 2020, en mettant tout en oeuvre d’ici là pour qu’il reste sur ses bons rails et aborde ces futurs changements de la meilleure façon possible.
Votre Maire (pour quelques temps encore),

Rémi LUCET.